Quand Anna riait – Yaël Hassan

https://i1.wp.com/i2.cdscdn.com/pdt2/8/7/4/1/700x700/9782203118874/rw/quand-anna-riait.jpg?w=910&ssl=1

Le résumé :

C’était en juillet 1942, dans une Datcha, il y avait grand-père, tante Noémie , cousines Déborah, Clara, Noa et les cousins Jérémie et Frank. Simon alla au grenier avec sa lampe torche.

Simon vit des cartons, il allait les ouvrir et il trouva une photo qui attira son attention. Il y avait grand père avec une fille aux cheveux bruns et les deux souriaient. Il demanda à son grand-père comment s’appelait la fille et il répondit qu’elle s’appelait Anna. La photo avait été prise le 4 juillet 1942. Cousine Déborah arriva et examina la photo.

Le lendemain Déborah et Simon  continuèrent les recherches. Grand-père partit à Paris ; il dit que personne ne devait venir. Et il laissa Grand-Mère toute seule.

Grand-père prit le train pour Paris puis le métro pour la station Père-Lachaise ; il traversa la place Auguste Métivier et il alla dans la rue du Chemin Vert.

Qu’allait il se passer ?

La critique :

Je vais donner un avis positif.

Il y a du suspense et j’adore cela. C’était l’époque parfaite pour cette histoire, les lieux étaient bien. L ‘intrigue était bien, l’écriture est soignée et le vocabulaire est plus riche que pauvre. Le rythme est lent mais cela colle à l’histoire.

Je conseillerais ce livre aux passionnés de suspense. Car il y en a beaucoup ; on se demande qui est méchant ou gentil. Le langage est soutenu.

Le seul point négatif, c’est qu’il y a des mots que je n’ai pas compris. Sinon, le livre est bien.

Les personnages sont simples. Je les aime tous. Mon personnage préféré est Simon, le héros du livre ; il nous entraine avec lui et on imagine ce qui se passe.

Evan Niedergang – CM2 – Ecole Anne Frank – Danjoutin